malédiction

malédiction [ malediksjɔ̃ ] n. f.
• 1375; lat. maledictio « médisance », sens ecclés.; a éliminé l'a. fr. maléïçon et le pop. maudiçon (XIIe)
1Littér. Paroles par lesquelles on souhaite du mal à qqn en appelant sur lui la colère de Dieu. anathème, exécration, imprécation. Proférer, prononcer une malédiction contre qqn. maudire . Formules de malédiction. malheur (à), maudit. « Éloignez-vous de moi, enfant ingrat et dénaturé. Je vous donne ma malédiction » (Diderot).
2Condamnation au malheur prononcée par Dieu; état de qui en est la victime. La malédiction de Dieu, divine. réprobation. « L'amour tel que le concevaient les anciens n'était-il pas une folie, une malédiction, une maladie envoyée par les dieux ? » (Flaubert).
3Par ext. Malheur auquel on semble voué par la destinée, par le sort. fatalité, malchance. Malédiction qui pèse sur qqn. « Depuis son enfance, Jerphanion vit sous la malédiction de la guerre » (Romains). Interj. Vieilli Malédiction ! il nous a échappé !
⊗ CONTR. Bénédiction; bonheur, chance.

malédiction nom féminin (latin maledictio, -onis, injure) Littéraire. Paroles par lesquelles on souhaite un sort néfaste à quelqu'un : La malédiction paternelle. Condamnation au malheur qui semble venir d'une puissance supérieure : S'attirer par ses actes la malédiction divine. Sort hostile, malheur, malchance auxquels on semble être voué par la destinée. ● malédiction (citations) nom féminin (latin maledictio, -onis, injure) Georges Bataille Billom 1897-Paris 1962 La malédiction est le chemin de la bénédiction la moins illusoire. La Littérature et le mal Gallimardmalédiction (expressions) nom féminin (latin maledictio, -onis, injure) Malédiction !, exclamation qui exprime un violent dépit. ● malédiction (synonymes) nom féminin (latin maledictio, -onis, injure) Littéraire. Paroles par lesquelles on souhaite un sort néfaste à quelqu'un
Contraires :
- bénédiction
Condamnation au malheur qui semble venir d'une puissance supérieure
Synonymes :
- anathème
- exécration
Sort hostile, malheur, malchance auxquels on semble être voué par...
Synonymes :
- pépin (familier)
- tuile (familier)

malédiction
n. f. Litt.
d1./d Action de maudire; paroles par lesquelles on maudit. Proférer une malédiction.
d2./d Réprobation divine.
Par ext. Fatalité, destin néfaste.

⇒MALÉDICTION, subst. fém.
Action de maudire; résultat de cette action.
A. —Paroles par lesquelles on souhaite avec véhémence tout le mal possible à une personne, une famille, une ville, un pays, etc., sans appeler la colère de Dieu mais le plus souvent en l'impliquant. Anton. bénédiction. Il y en eut même qui, au lieu de prières, proféraient contre lui de publiques malédictions, à cause des tailles qu'il avait imposées (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 341). J'ai voulu faire sauter la boutique. Je criais ça partout, à tous les vents, jetant la malédiction à la ville maudite, lui annonçant la destruction prochaine par le fer et la flamme (ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 275):
1. ... sachez que vous êtes le plus méprisable des hommes en préférant les plus folles idées aux devoirs les plus réels, que vos amis qui sont ici vous haïront et que tout mon sang retombera sur vous avec la malédiction terrible que je prononce contre vous, qui me faites souffrir les tourments de l'enfer.
STAËL, Lettres L. de Narbonne, 1793, p. 179.
SYNT. Malédiction épouvantable, funeste, terrible; jeter, lancer sa malédiction; donner sa malédiction à qqn; menacer qqn de sa malédiction; prononcer une malédiction contre qqn; accabler qqn de malédictions; éclater en malédictions contre qqn; proférer des malédictions contre qqn.
Loc. exclam.
Oh! malédiction! Mon enfant! s'écria Villefort: il emporte le cadavre de mon enfant! Oh! malédiction! Malheur! Mort sur toi! (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 689).
Mort et malédiction! Mort et malédiction! Il me prend une envie de lui couper la parole à coups de sabre (LA MARTELLIÈRE, Robert, 1793, IV, 9, p. 50).
Malédiction sur qqn, sur qqc.; malédiction sur elle, sur lui, sur nous tous, sur vous! Sauve-la!... ou malheur à toi! La plus horrible malédiction sur toi, pour des milliers d'années! (NERVAL, Faust, 1840, 2e part., p. 178). Malédiction sur ce pays! Que leurs vaches crèvent! Que la toux consomme les cochons! (CLAUDEL, Tête d'Or, 1901, 1re part., p. 174).
Malédiction (paternelle). Malédiction prononcée par un père à l'encontre de son fils. Donner sa malédiction à son fils; appeler sur la tête de qqn la malédiction d'un père. Les malédictions des pères abrégent la vie; celles des mères donnent la mort (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 234). Le jeune homme avait grandi en s'entendant menacer de la malédiction paternelle s'il servait jamais un d'Orléans ou un Bonaparte (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 133):
2. ... les châtimens que le père de famille inflige à ses enfans pour des fautes légères, sont les peines passagères de la société domestique; l'exhérédation, et autrefois la malédiction, en sont les peines irrévocables.
BONALD, Législ. primit., t. 2, 1802, p. 111.
Sous peine de malédiction. [Son père] lui commande, sous peine de malédiction, de vouer sa vie à la cause sainte qu'ont défendue ces martyrs (SAINTE-BEUVE, Tabl. poés. fr. au XVIe s., 1828, p. 144).
Spécialement
DR. ,,Imprécations qu'on insérait anciennement (...) dans les actes de donation en faveur des églises ou des maisons religieuses, contre quiconque serait tenté d'en empêcher l'effet`` (ST-EDME t. 4 1828).
Rem. ,,On trouve des formules de malédictions ou d'imprécation à la fin de beaucoup d'actes de l'époque franque ou du Moyen Âge afin de garantir l'exécution et le respect des prescriptions contenues`` (LEP. 1948).
MAGIE. Procédé magique qui utilise des formules à l'encontre d'une personne ou d'un animal dans le but de causer la ruine, la maladie ou la mort. En Abyssinie, quand un meurtre a été commis, la famille de l'assassiné passe sept jours et sept nuits à entourer de malédictions la maison du meurtrier. Il est bien rare, ajoute-t-il, que le meurtrier ne finisse pas misérablement (GONCOURT, Journal, 1870, p. 581). Dans toute l'Europe occidentale, c'est parfois à un concept religieux que se rattache la croyance à l'efficacité des malédictions magiques (É. DELCAMBRE, Le Concept de la sorcellerie dans le duché de Lorr. au XVIe et au XVIIe s., Nancy, S d'archéol. lorr., fasc. 2, 1949, p. 155):
3. ... les Maori façonnent des effigies de leurs ennemis et les frappent, croyant par là blesser l'individu lui-même. De même, un Crow dessine l'image de son ennemi sur le sol, lui perce le coeur, souffle de la fumée sur lui et fait disparaître le tout en prononçant une malédiction.
LOWIE, Antropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 326.
RELIG. [P. réf. à la Bible]
,,Parole annonçant un châtiment en punition d'une faute`` (Foi t. 1 1968). Les malédictions du Deutéronome, de Jérémie, des prophètes. Si vous désirez devenir la femme d'un juif, même converti, vous vous exposez à une malédiction effrayante, et je vous le dis de la part de Dieu (BLOY, Journal, 1894, p. 117):
4. ... le psaume CVIIIe, qui contient les malédictions appliquées par les Actes des apôtres à Judas Iscariote: «Que ses jours soient en petit nombre; que ses fils deviennent orphelins et sa femme veuve. Que l'usurier dévore son bien, et que des étrangers enlèvent le fruit de ses travaux; qu'il n'y ait pour lui ni aide ni pitié; que ses enfants meurent et que son nom périsse en une seule génération.»
THIERRY, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 164.
Condamnation au malheur prononcé par Dieu; état de celui (ou de ce) qui en est la victime. Malédiction des païens (DG). Jésus frappant de malédiction l'arbre qui ne porte pas de fruits (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p. 227). Le serpent a reçu une malédiction éternelle (Théol. cath. t. 4, 1 1920, p. 373).
Imprécations par lesquelles on appelle la colère, la vengeance de Dieu sur quelqu'un. Malédiction divine; appeler sur qqn la malédiction de Dieu. La malédiction magique du chrétien Sabinus qui supplie Dieu de faire se dessécher les corps de sa fille et de son gendre, à cause du mal qu'ils lui ont fait (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 520):
5. L'immense plainte des églises et du vieil Israël, les larmes et le sang versés dans les camps de concentration, cette malédiction qui monte des charniers en Espagne, en Abyssinie et en Chine...
MAURIAC, Journal 3, 1940, p. 223.
B. P. ext. [Souvent au plur.]
1. Insultes, violences verbales contre quelqu'un ou quelque chose. Clameur, concert de malédictions; hurler des malédictions contre qqn; être poursuivi par les malédictions de qqn. Beaucoup d'anarchistes finirent par se lasser de lire toujours les mêmes malédictions grandiloquentes lancées contre le régime capitaliste (SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 55). Ce destin qui aurait inspiré à tout autre qu'à Mozart des malédictions et tous les cris de la haine (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 136):
6. ... c'étaient, tout le long de sa fièvre puerpérale, des imprécations, des malédictions, des cris d'horreur contre ce mari, qu'elle accusait en face d'avoir été son assassin...
GONCOURT, Journal, 1887, p. 650.
♦[Avec un sens amoindri] Les voisins se dévisageaient et jetaient une petite malédiction, un rire, une épluchure, dans le sillage de chaque passant (COLETTE, Sido, 1929, p. 22).
P. hyperb., interj. [Pour exprimer le désappointement, l'ennui]
Malédiction! C'est aujourd'hui dimanche... la préfecture est fermée... et pas de passe-port... malédiction! (LABICHE, Affaire rue Lourcine, 1857, 13, p. 468).
Quelle malédiction! Quelle malédiction! n'avoir plus que six lieues à faire (...) et nous trouver arrêtés ici (DUMAS père, Darlington, 1832, 4, p. 8).
Mille malédictions! Mille malédictions! oh! l'animal, le menteur, le fainéant! Fiez-vous donc à la parole des princes! (RENAN, Drames philos., Caliban, 1878, I, 1, p. 380).
Horreur et malédiction! (vieilli). Horreur et malédiction (comme on dit dans les romans de la vieille école)! Il se vit aussi défiguré que s'il revenait encore de Parthenay (ABOUT, Nez notaire, 1862, p. 201).
2. [L'objet de la malédiction pèse ou semble peser sur qqn]
a) [L'objet de la malédiction désigne une pers., une famille, etc.] Disgrâce, sort contraire, fatalité. La malédiction du sort. En Orient, la stérilité est regardée comme une malédiction (DU CAMP, Mém. suic., 1853, p. 256). Créature amphibie, mixte de corps et d'âme, il [l'existant en général] semble voué par la malédiction de l'alternative à l'impureté et à l'orgie de la confusion (JANKÉL., Traité des Vertus, t. 3, L'Innocence et la Méchanceté, Paris, Bordas, 1972, p. 1024).
7. Une inexpiable malédiction s'attache à ce peuple; tout ce que ses ennemis nous en racontent est néfaste et sanglant. Ce sont les femmes de Lemnos qui, dans une nuit, égorgent leurs époux; ce sont les habitans d'Agylla qui lapident les Phocéens prisonniers.
MICHELET, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 18.
b) P. anal. [L'objet de la malédiction désigne un lieu] Frappé de malédiction. Voué à la stérilité, à la mort. La sombre expression que les ruines donnaient à ce paysage, qui paraissait frappé de malédiction. C'était comme un lieu funeste abandonné par les hommes (BALZAC, Adieu, 1830, p. 9). Cette forêt, qui fut pleine d'oiseaux et de musique, a été frappée de malédiction et changée en sel (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 227).
Prononc. et Orth.: []. Ac. 1694, 1718: malediction, dep. 1740: -lé-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1450 «paroles par lesquelles la colère divine est appelée sur quelqu'un» maledictions dictés (Mystère Vieux Testament, éd. J. de Rothschild, 1506); 2. 1532 (éd.) «action de maudire» (RAOUL DE PRESLES, Cité de Dieu, XIV, Exp. sur chap.11 ds DELB. Notes mss); 3. a) XVIe s. «malheur, insuccès» (L'Amant ressuscité, p. 509 ds LA CURNE); b) 1672, 20 mai «malheur constant et répété, fatalité» (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres, éd. R. Duchêne, t. I, p. 515). Empr. au lat. chrét. maledictio «malédiction, exécration» (v. BLAISE Lat. chrét.) en lat. class. «médisance»; a supplanté les formes plus anc. maleiçon et maudiçon (v. T.-L.) cette dernière usuelle comme terme fam. jusqu'au XVIIe s. Fréq. abs. littér.: 751. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 1385, b) 1000; XXe s.: a) 954, b) 901. Bbg. LAURENT (P.). Contribution à l'hist. du lex. fr. Romania. 1925, t. 51, pp. 32-45.

malédiction [malediksjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1375; lat. maledictio « médisance » en lat. class.; sens ecclés. IVe; a éliminé l'anc. franç. maléïçon, et le pop. maudiçon.
Action de maudire; résultat de cette action.
1 Littér. Paroles par lesquelles on souhaite qu'il arrive du mal à qqn, en appelant sur lui la colère de Dieu. Anathème, exécration, imprécation, vœu. || Les malédictions des prophètes (→ Cracher, cit. 7). || Malédictions du pauvre contre des princes exécrables (cit. 5). || S'attirer, encourir des malédictions. || Père qui donne à son fils sa malédiction. || La malédiction paternelle, tableau de Greuze. || Les malédictions que le Christ a prononcées dans l'Évangile (contre les riches, les scribes, les pharisiens…). || Formule de malédiction. Malheur (à…), maudit…Ellipt. || Malédiction sur les tyrans !
1 Écoutons bien ces Væ : « Malheur à vous » (…) c'est une malédiction sortie de la bouche de Jésus-Christ : c'est une sentence prononcée, qui sera suivie d'une autre : « Allez, maudits ».
Bossuet, Méditations sur l'Évangile, Dern. semaine du Sauveur, LVIII.
2 Dieu, qui voyez mon trouble et mon affliction,
Détournez loin de moi sa malédiction (d'Athalie).
Racine, Athalie, V, 7.
3 Éloignez-vous de moi, enfant ingrat et dénaturé. Je vous donne ma malédiction (…)
Diderot, le Père de famille, II, 6.
4 Ces malédictions, ces blasphèmes, ces plaintes (…)
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Spleen et idéal », VI.
5 Antoine croyait entendre la voix rageuse de son père, debout, dressé, jetant sa malédiction dans la nuit.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 36.
Malédiction de…, prononcée contre…
6 (…) et ces malédictions des richesses doivent tomber, non tant sur les riches que sur ceux qui désirent de l'être.
Bossuet, Panégyrique de saint François d'Assise, II.
Par ext. (l'appel à Dieu n'étant plus guère ou n'étant plus du tout présent à l'esprit). || Opprobres, injures et malédictions du monde (→ Attirer, cit. 1). || Peuple versatile qui fait succéder les malédictions aux bénédictions (→ Engouement, cit. 2). || C'est un tyran qui encourt les malédictions de tout un peuple. || Donner, adresser une, des malédictions à qqn.Paroles de haine et de malédiction. Exécration. || Poursuivre qqn de ses malédictions (→ Interdire, cit. 19).
7 Je leur donne tout bas cent malédictions.
Molière, Amphitryon, III, 1.
8 Ces deux décrets furent le signal du cri de malédiction qui s'éleva contre moi dans toute l'Europe, avec une fureur qui n'eut jamais d'exemple. Toutes les gazettes, tous les journaux, toutes les brochures, sonnèrent le plus terrible tocsin.
Rousseau, les Confessions, XII.
9 Que se dégageait-il du premier (le bagne) ? Une immense malédiction, le grincement de dents, la haine, la méchanceté désespérée, un cri de rage contre l'association humaine, un sarcasme au ciel.
Hugo, les Misérables, II, VIII, IX.
10 (…) il avait tellement pris l'habitude (…) d'entendre Parapine dans le cours de ses malédictions, pour ainsi dire quotidiennes, qu'il tenait à présent ces propos, si exorbitants fussent-ils, pour absolument académiques et insignifiants.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 259.
2 Condamnation au malheur prononcée par Dieu; état, en ce monde, de qui en est la victime. || La malédiction de Dieu, la malédiction divine les poursuit. Réprobation. || Malédiction de Yahvé sur la maison du méchant (→ Juste, cit. 6). || Puissent la malédiction et la damnation tomber sur moi (→ Ligne, cit. 51). || Terre de malédiction, maudite (→ Embraser, cit. 2).
11 (…) Seigneur (…) je ne demande pas d'être exempt des douleurs; car c'est la récompense des Saints; mais je demande de n'être pas abandonné aux douleurs de la nature sans les consolations de votre Esprit; car c'est la malédiction des Juifs et des Païens.
Pascal, Opuscules, I, III, XI (Petite éd. Brunschvicg).
12 (…) sermon magnifique rempli d'un bout à l'autre de textes sacrés prouvant les peines éternelles, les supplices, les tourments, les damnations, les châtiments inexorables, les brûlements sans fin, les malédictions inextinguibles, les colères de la Toute-Puissance (…)
Hugo, les Travailleurs de la mer, I, III, XII.
13 L'amour tel que le concevaient les anciens n'était-il pas une folie, une malédiction, une maladie envoyée par les dieux ?
Flaubert, Correspondance, 747, 23-24 déc. 1862.
Par ext. (par laïcisation de l'idée, la notion de fatalité se substituant à celle de vengeance divine). Malheur, mal fatal, auquel on semble voué par la destinée ou par un sort constamment contraire. Fatalité, malchance. || Malédiction qui pèse sur quelqu'un. || Rien ne me réussit, c'est une malédiction.Interj. (marquant le dépit de la victime). || Malédiction ! il m'a encore échappé !
14 Elle a cela de mauvais, la douleur, qu'elle nous fait trop sentir la vie. Elle nous donne à nous-mêmes comme la preuve d'une malédiction qui pèse sur nous. Elle humilie, et cela est triste pour des gens qui ne se soutiennent que par l'orgueil.
Flaubert, Correspondance, 430, 30 sept. 1853.
15 La guerre. Depuis son enfance, Jerphanion vit sous la malédiction de la guerre. Quand il avait six ans, de quoi lui parlait-on à l'école du village ? du système métrique; mais aussi de l'Alsace-Lorraine et de Reischoffen.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XV, p. 164.
16 (…) l'antique malédiction du pain gagné à la sueur du front s'appesantit plus lourde sur certains hommes que sur d'autres. Il importe que ce poids soit mieux réparti.
Daniel-Rops, Ce qui meurt…, p. 153.
Au plur. (Rare). Malheur, infortune, revers.
17 Qu'est-ce donc que la vie humaine ? Ô vertu ! à quoi m'avez-vous servi ? (…) Tout ce que j'ai fait de bien a toujours été pour moi une source de malédictions, et je n'ai été élevé au comble de la grandeur que pour tomber dans le plus horrible précipice de l'infortune.
Voltaire, Zadig, VIII.
CONTR. Bénédiction, charme. — Bonheur, chance.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Malediction — Malédiction  Pour l article antonyme, voir bénédiction Malédiction, est un état de malheur inéluctable qui semble imposé par une divinité, le sort ou le destin. La malédiction est aussi un rituel appelant les puissances divines à exercer… …   Wikipédia en Français

  • malediction — Malediction. s. f. v. Imprecation. Ce pere a donné sa malediction à son fils. cet homme a donné mille maledictions à sa partie. On dit aussi, que Dieu a donné sa malediction, pour dire, que Dieu a reprouvé, abandonné. On dit aussi, La malediction …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Malediction — Mal e*dic tion, n. [L. maledictio: cf. F. mal[ e]diction. See {Maledicent}.] A proclaiming of evil against some one; a cursing; imprecation; a curse or execration; opposed to {benediction}. [1913 Webster] No malediction falls from his tongue.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Malédiction! — Malédiction ! Malédiction ! jeu de société [[Fichier:{{{image}}}|280px]] {{{licence}}} autre nom Wie verhext! …   Wikipédia en Français

  • Malediction — is any expressed wish that some form of adversity or unhappiness will befall another person or persons, a magical phrase or word uttered with the intention of bringing about evil Malediction may also refer to: Malediction (EP), 1993 EP by… …   Wikipedia

  • Malediction (EP) — Malediction EP by Einstürzende Neubauten Released 1993 …   Wikipedia

  • Malediction —     Malediction (in Scripture)     † Catholic Encyclopedia ► Malediction (in Scripture)     Four principal words are rendered maledictio in the Vulgate, curse in Douay Version:     (1) rr     The most general term, used more often perhaps of men… …   Catholic encyclopedia

  • malediction — [mal΄ə dik′shən] n. [ME malediccioun < OFr malediction < LL(Ec) maledictio < L, abuse, reviling: see MAL & DICTION] 1. a calling down of evil on someone; curse 2. evil talk about someone; slander maledictory adj …   English World dictionary

  • malediction — I noun abusive speech, anathema, curse, damnation, defamation, denunciation, dirae, dispraise, evil speaking, execration, exsecratio, foul language, fulmination, ill wishes, imprecation, invective, malevolence, malison, obloquy, revilement,… …   Law dictionary

  • Malédiction ! — ● Malédiction ! exclamation qui exprime un violent dépit …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.